Quand on parle d’agriculture on parle de travail de la terre par les machines ou par les hommes dans le but de produire une alimentation destinée à la consommation des populations et des animaux domestiques, vache, chèvre, mouton, cochon. Si l’ère industrielle a vu l’arrivée d’une agriculture de quantité, les méthodes sont en constante évolution et il existe aujourd’hui de nouvelles techniques de production agricole inspirées par la nature ; c’est ce que nous allons voir dans cet article.

agriculture

L’agriculture conventionnelle

Issue de la mécanisation à la fin de la seconde guerre mondiale, cette agriculture permettant de produire beaucoup en très peu de temps est la plus classique et la plus pratiquée à travers le monde. Grâce aux machines toujours plus sophistiquées, le volume de travail par exploitation a pu considérablement diminuer. Mais produire en abondance implique l’utilisation de produits chimiques tels que des herbicides, des fongicides et autres insecticides dont on connait désormais les effets sur la faune et la flore.

L’agriculture raisonnée

Apparue dans les années 2000, l’agriculture dite raisonnée cherche à trouver un équilibre entre production et respect de l’environnement. Les produits chimiques ne sont pas interdits, mais leur utilisation est limitée à certaines périodes difficiles de l’année pour assurer une rentabilité de production à l’exploitant. À l’instar de l’agriculture biologique, l’agriculture raisonnée bénéficie d’un label.

L’agriculture durable ou extensive

L’agriculture durable repose essentiellement sur l’autosuffisance, cette forme d’agriculture sans contrainte de rendement est pratiquée dans les pays du tiers-monde avec peu de machines et beaucoup de main- d’œuvre. L’idée est de maintenir la richesse des sols et de privilégier les ressources naturelles pour favoriser la pousse des légumes, des céréales, des fruits.

types d’agricultures

L’agriculture biologique

L’agriculture biologique s’oppose à l’agriculture conventionnelle en rejetant l’usage de produits chimiques pour préserver la faune, la flore, l’humain, l’air et l’eau. Pour ce faire des techniques anciennes sont utilisées comme la rotation des cultures pour éviter l’épuisement des sols ou l’utilisation d’engrais naturels comme le fumier de cheval.

La permaculture

Théorisée dans les années 70 en Australie, la permaculture est sans doute la plus respectueuse de toutes les formes d’agriculture. S’inspirant de la nature elle-même, elle vise à favoriser un environnement harmonieux pour produire de façon durable en maintenant la fertilité naturelle des surfaces. Il y est question de non-labour ou encore de culture dite en lasagne consistant à empiler des couches de matières organiques, déchets de gazon, feuilles mortes pour créer un véritable concentré de nutriments.